Honorer la cuisine italienne: Entrevue avec Dino Palmieri

Honorer la cuisine italienne: Entrevue avec Dino Palmieri

Authentiques pizzas et gelatos ! Entrevue avec Dino Palmieri
*Press Article available only in French language

À Montréal, il n’y a pas de pizzas et de gelatos plus authentiques que chez FCO di Fiumicino. Qui de mieux qu’un italien pour préparer une spécialité italienne à la façon romaine? « Toutes nos pizzas sont préparées ici-même avec les ingrédients les plus frais, selon les recettes traditionnelles », explique Dino Palmieri, propriétaire du restaurant installé rue Viger Ouest, en plein quartier des affaires.

Chez FCO di Fiumicino, pas de pointes de pizza à 99 cents. Il n’y a pas d’extravagances dans les garnitures; on sert une pizza simple et savoureuse.

« Nous la préparons al metro, c’est-à-dire de forme rectangulaire et d’une longueur d’environ un mètre, comme on la fait à Rome. Pour plusieurs, la pizza est synonyme de fast-food; pas ici. Je voulais m’éloigner de cette conception nord-américaine, riche en garnitures et plutôt grasse. C’est un véritable retour aux sources que l’on propose ici, dit Dino. Je voulais montrer que la pizza est un mets raffiné et je crois qu’on a réussi. »

En plus de ses pizzas au mètre, FCO di Fiumicino crée des gelatos aux saveurs surprenantes.

« Si notre gelato au chocolat noir est très populaire, d’autres arômes attirent beaucoup l’attention, comme celui à la ricotta et à la cannelle. Nous la préparons al metro, c’est-à-dire de forme rectangulaire et d’une longueur d’environ un mètre, comme on la fait à Rome. – Dino Palmieri, propriétaire »

Honorer la cuisine italienne

« J’ai grandi dans l’univers de la restauration. Ce n’est donc pas surprenant que je m’y sois lancé », raconte Dino. En 2008, il ouvre son premier restaurant. Il ouvre ensuite une première cafétéria urbaine, Officina, juste à côté du FCO di Fiumicino qu’il ouvrira en 2012. « Mon premier restaurant était plutôt orienté vers la pizza nord-américaine. Rapidement, j’ai voulu explorer davantage l’héritage culinaire de mon pays d’origine pour montrer aux Montréalais ce qu’est une vraie bonne pizza italienne. »

« Quand j’ai décidé de lancer FCO, j’ai fait beaucoup de recherche et des voyages en Italie pour y voir ce qui se faisait au niveau culinaire. J’ai ramené un four, unique au Québec, pour cuire les pizzas al metro que je prépare avec une farine importée directement d’Italie. J’ai ramené tout le nécessaire pour confectionner nos gelatos ainsi qu’un chariot que plusieurs entreprises et promoteurs louent pour leurs événements. »

Un entrepreneur comblé

« D’avoir ouvert trois restaurants couronnés de succès en cinq ans me rend vraiment très fier; je crois que les gourmands de la ville ont embarqué dans le projet », dit Dino. Il a depuis vendu son premier restaurant, question de se concentrer sur ses deux adresses de l’avenue Viger Ouest. Je pense que FCO di Fiumicino a réussi à faire ses preuves, à donner aux Montréalais une idée de ce qu’est une excellente pizza. Ça vaut tous les sacrifices qu’implique la vie d’entrepreneur. »


Source Credit: Originally published & photographed by PagesJaunes.ca

Photo Gallery: Click the thumbnails below for large versions.

*Press Article available only in French language